Alain COURBE passe le témoin

 

Nous t'exprimons notre gratitude pour ces nombreuses années passées au poste de secrétaire Mutokukaï France ou tu n'as ménagé ni ta peine ni ton énergie.

Merci Alain.

 

Bienvenu à Pascal TOURNY, nouveau secrétaire à dater du 1er septembre 2019


Les nouvelles promotions du Kagami-biraki

 

Malcolm Tiki SHEWAN, 7e dan (sa nomination a été retardée à plusieurs reprises par des embrouilles administratives)

Michel Duc  NGUEBANA, 6e dan, Russie-Congo.

Doris DOHSE, 6e dan, Allemagne.

Fedor RUBAN, 5e dan, Ukraine.

Jean Marc DESSAPT, 5e dan. France.

 

Et nos proches amis:

 

Joël POSLUNS, 7e dan, USA.

Roberto BOLLERO, 7e dan Italie. 

Andrey MARIENKOV, 6e dan, Russie.

Alexei SITNIKOV, 5e dan Russie. Mutokukai

Brian  ERIKSEN (un ancien Aixois) 5e dan, USA.

Eric CONTET, 5e dan, Luxembourg. Mutokukai groupe Nishio.

 

Beaucoup de promotions donc et félicitations à tous.

 

Et maintenant les mauvaises nouvelles.. 

 

Mutokukai continue à grandir, doucement heureusement, mais nous avons peur que nous n’approchions de la limite au delà de laquelle la barque devient ingouvernable… 

D’un autre coté nous nous réjouissons de constater une meilleure compréhension de ce qui nous unis : « mutoku ». Il y a donc de l’espoir !

 

C’est sans doute l’age mais nous commençons à nous inquiéter pour notre descendance.  Nous voyons se profiler à l’horizon la menace, à peine voilée, d’un aikido sportif, plus ou moins déguisé - et plus éloigné des principes profonds d’un Bu-do (qui nous avait motivé au départ).

 

La Fédération Internationale d’Aikido (FIA) est membre des World Games et de quelques autres associations de mauvais aloi (de notre point de vue !). 

A plus ou moins brève échéance l’aikido risque de finir tout comme le kendo et le judo en un « budo sportif ». De surcroît “non-compétitif...” donc ne possédant même pas les aspects positifs et constructifs éventuels du système de la compétition.

 

La question se pose aujourd’hui de savoir quelle est la position de l’Aikikai… ?

 

Notre point de vue est mutoku, celui de Cyrano de Bergerac: 

« Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais ! Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès ! Non ! non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile ! »

 

Pace e salute !

 

Malcolm Tiki Shewan, Stéphane Benedetti


無得会 INTERNATIONAL ADDRESS: http://mutokukai.org

"Bienheureux les fêlés, car ils laisseront passer la lumière. "
Michel Audiard

 


Le cul dans l'herbe tendre... 

Faudrait jamais écrire, je le savais! un petit édito.... ! Et voilà ! Faut que je m'explique ! Que j'en rajoute ! Je vais encore écrire des trucs qui vont foutre la panique dans les forums.... Faire une embolie du curriculum vitae ! 

Je voulais juste faire plaisir... 

Écrire des évidences... que Morihei Ueshiba ait enseigné avant-guerre la technique de la baïonnette aux académies de Police, de l'armée de Terre, Académie Navale et écoles d'espionnage haut lieux du militaro-fasciste Japonais n'est un secret pour personne... que le même ait enseigné après guerre que l'Aïkido est amour, protection de la vie, joie et paix universelle non plus, que l'aikijutsu première version soit un art martial, je n'en doute pas..... Je ne suis pas un compliqué, Omotokyo, je n'y comprends rien, quand au kotodama il est peut être préférable que je conserve mes opinions par-devers moi... 

Vivre en guerrier (pas faire la guerre), ça a rameuté les souvenirs de mai 68 ? Pas fait la guerre ? Aucun regret ! Mon pote Sam Noyce, lui... au service plus ou moins officiel de sa gracieuse Majesté́... beaucoup de travail à la main, au couteau, aux Malouines et ailleurs...Il n'en confondait pas pour autant l'Aïkido et la guerre... Au contraire ! Il avait ses fantômes, pas moi, Paix à son âme ! 

J'ai vu, il y a peu, un reportage à la télé́ sur la Légion Étrangère, il y avait là un japonais qui était venu s'engager pour faire la guerre... Il avait raison, la guerre, il y a des spécialistes pour cela, des vrais, ils ne jouent pas avec des sabres en bois.......Celui là voulait être samouraï̈ des temps moderne, il état parti du Japon direction Légion, chez les pros, il était sérieux... 

Je ne suis pas violemment pacifiste mais je n'aime pas la guerre, je suis d'accord avec Sun Tzeu « Le meilleur général n'a pas besoin de faire la guerre. » Et j'admire un seul militaire: Un général de parachutistes Russe, Lebed qui a su en arrêter deux sans combattre... On l'a assassiné plus tard... Il était candidat à la présidentielle, il gênait sans doute. L'enquête officielle à conclu à l'accident 

Pour la petite histoire, ses gardes du corps faisaient de l'aïkido... Alors vivre en guerrier ? 

Pour commencer un guerrier n'est pas nécessairement un militaire ou un soldat... Il n'est guère utile de se déguiser en samouraï̈ ou de dormir avec son sabre... 

Pour moi qui n'étant pas la réincarnation de Morihei Ueshiba ne peut parler en son nom, il s'agit d'une voie, d'un processus d'évolution de l'homme vers un degré́ plus affiné de l'être. 

La voie du guerrier est une voie périlleuse non parce qu'on risque d'y périr fauché par une pluie de balles dans un geste héroïque immortalisé par les photographes mais, tout simplement, parce que les échecs spirituels y sont nombreux et que les abords de la voie sont jonchés de laissés pour compte..... 

Cette voie, comme toute les autres est marquée par de grandes étapes que je voudrais maintenant essayer de décrire. 

La forteresse (paranoïa I)
La 5e colonne (paranoïa II)
Le cul dans l'herbe tendre...
et rythmée par le Syndrome du Désert des Tartares 

La forteresse correspond à une période de construction physique. Il faut construire le corps au moyen d'un entrainement rigoureux, accumuler les techniques. Fondations profondes, murs épais et solides, rien n'est laissé au hasard, chaque détail est élaboré́ en fonction de son intérêt défensif et de sa valeur stratégique. Gare aux châteaux de cartes ou de sable ! C'est, je crois le sens de l'enseignement de Saito senseï: construire sur des bases stables, saines et fortes. 

De nombreux élèves de Morihei Ueshiba l'ont quitté, comme Gozo Shioda du Yoshinkan, car ils ne voulaient (ou ne pouvaient) s'intéresser à autre chose. Il est tentant de s'attacher à un chef d'œuvre de l'art militaire aussi soigneusement bâti, allez donc voir le château de Salses ! Planification totale contre "l'autre"! 

Il est évident que cette étape de fortification n'est pas et ne peut pas être une étape de libération, qu'elle se construit contre le monde par prise de conscience de la dualité́ "moi/monde". 

L'adversaire, celui qui est en face, me saisit, m'attaque... je me défends... Il n'y a pas moyen d'y échapper quelque soit le discours. Ceci n'en est pas moins caractéristique de la paranoïa sous sa forme bénigne: le monde extérieur est agression. 

À ce niveau même des tensions sont induites par le discours ambiant sur l'harmonie qui ne cadre pas et cela est normal avec des techniques qui fonctionnent de toute évidence en réaction à une attaque, un adversaire. Il ne peut en être autrement et prétendre le contraire c'est se mentir á soi même, il n'y a rien de plus idiot ni de plus dangereux pour tout développement futur. 

Le problème est plus grave encore pour les gens physiquement "doués" qui peuvent être amenés à croire qu'ils ont déjà̀ atteint la maitrise alors qu'ils en sont encore au maniement d'armes. 

Cet aspect physique du travail est doublé dès le premier jour par un travail sur les émotions auquel on s'attarde moins car il est simplement mois visible, mois évident. La relation physique directe à l'autre ou à la Terre déclenche automatiquement des émotions puissantes et très profondes de peur, d'angoisse, d'agressivité́ etc... que notre culture tend à occulter, ou pire sans doute, à considérer comme émotions négatives. Le simple fait d'être saisi et de ne pouvoir s'en sortir est anxiogène, sinon tout un chacun, sans entraînement préalable, pourrait rester décontracté sans être affecté par l'agression. Il en est de même des chutes... 

la Terre fait peur (et parfois mal) ! 

Pourtant un guerrier sans peur est un guerrier mort ! Il n'est rien de plus inutile sauf pour remplir les cimetières militaires... La peur, l'agressivité etc... sont des émotions indispensables à la vie. La question, une fois de plus, est d'apprendre à les reconnaître puis à travailler avec et non contre. La peur qui vous conseille de vous écarter du chemin d'un camion est bonne conseillère, celle qui vous incite à fermer les yeux pour ne plus le voir est assassine. dans le premier cas il y a communication avec l'émotion, dans l'autre invasion, débordement, perte de contrôle et surtout de liberté mais cela reste la même émotion fondamentale.

Ce double travail physique et émotionnel est la nature même de la forteresse. 

Si tout se passe pour le mieux un jour vient où l'on est amené à se poser la question: "Pourquoi faire?" 

En effet je crois la proportion de ceux qui ont été amenés à se servir de techniques d'aïkido dans leur vie quotidienne infime. (Je ne dispose d'aucune statistique...) Il est clair que l'enfermement ne nuit qu'a soi même et qu'aucun ennemi assoiffé de sang ne mugit dans nos campagnes... 

C'est le syndrome du Désert des Tartares ! 

Le doute s'insinue, tout cela n'aurait-il servit à rien ? Ces beaux murs dont je suis si fier sont-ils inutiles? Ma belle forteresse un monument absurde dressé contre le vide ? 

Ce questionnement en pousse beaucoup à l'abandon... Certains s'enferment résolument dans d'aveugles certitudes, d'autres que le doute a miné plus profondément se mettent à la recherche d'un nouvel ennemi... Si rien ne vient de l'extérieur, il faut bien qu'il y ait à l'intérieur de ma belle forteresse un ennemi intérieur, une cinquième colonne, un ennemi bien plus insidieux, dangereux, traître invisible ! 

Son nom est connu de tous "Ego", la bête malfaisante... Et voici notre châtelain parti à la chasse à l'ego avec le même enthousiasme qu'il mettait à veiller aux Marches de l'empire... Le bougre est bien dissimulé, la forteresse regorge de nombreuses caches, oubliettes, caves, sous terrains, passages secrets, coins d'ombre... Là pas de rutilante cavalerie, sons de trompe, vains rêves de gloire, non, il faut ramper silencieusement dans la boue froide des galeries obscures...C'est une quête longue et pénible qui use la patience et correspond une forme plus avancée de paranoïa, l'ennemi n'est plus seulement extérieur, il est partout monde/moi, tout est ennemi, cette pression est énorme... Il est loisible de trier tous les grains de poussière mais aucun ne dissimule l'ego... Avec le temps le syndrome du désert des Tartares revient en force... aucun ennemi extérieur ne s'est jamais manifesté, aucun ennemi intérieur ne se manifeste... et le doute s'insinue, plus terrible, plus dévastateur. Le doute est comme une énigme à la croisée des chemins... Je ne peux quand même pas m'être trompé à ce point ...il faut que je continue à tout prix. L'attachement au moyen que représente la forteresse comme au travail accompli, au chemin parcouru à la chasse à l'ego est un piège redoutable. Le danger est de s'enfermer soi-même et pour toujours devenant tout à la fois son propre gardien et son propre prisonnier. D'un autre coté s'ouvre la voie nihiliste de l'abandon... 

Mais si vraiment tout ceci ne servait à rien, ne menait à rien ? S'il n'y avait pas d'ennemi ? Si le monde n'était pas contre moi ? S'il n'y avait pas non plus d'ennemi intérieur ? Si l'ego n'était rien d'autre qu'une modalité d'expression de l'être, une autre forme d'émotion utile ou néfaste suivant l'usage qu'on en fait ? Si l'ego ne s'était transformé en ennemi que du fait de projections mentales fantasmatiques ? 

C'est alors que retentit un formidable éclat de rire.. démantelons les murs ! 

Allons profiter du soleil enfin revenu, un verre de vin à la main et le cul dans l'herbe tendre... dans un monde apaisé. 

Le cycle du guerrier est accompli. 

Afin d'éviter d'avoir à y revenir, il me semble utile de préciser que ce processus n'est pas linéaire et que ces "étapes" n'en sont pas vraiment. La construction de la forteresse et la chasse à l'ego ne s'excluent pas et les deux se mélangent le plus souvent. Il n'en reste pas moins que le cheminement se fait en plongeant dans le monde et son activité et non en prétendant à son inexistence où en s'en retirant. N'oublions pas non plus qu'avant qu'un éclat de rire ne disperse l'ombre des murailles l'ego a été longuement renforcée qui explique les comportements aux antipodes de "l'harmonie" que tous peuvent constater chez les pratiquants les plus avancés et par là même les plus exposés aux pièges de la voie. Si l'on se retrouve un jour le cul dans dans l'herbe tendre cela ne peut résulter que de l'expérience et non du discours. 

Il s'agit de ma compréhension de l'aïkido après quarante ans de pratique rien ne dit que demain je ne regrette pas ce que j'ai laissé échapper ici... 

Si cette vision de l'aïkido vous intéresse je me permet de vous conseiller un petit livre: "Shambala" de Chögyam Trungpa (collection Points Sagesses - Le Seuil), à mon avis la plus intéressante perspective sur le guerrier spirituel dans la société moderne, Je dirais le meilleur livre d'aïkido que je connaisse 

Stéphane Benedetti 

Communiqués


Chers amies, chers amis,

 

Il nous revient de remercier Yamada Shihan pour son soutien et de lui souhaiter une excellente année et tout spécialement une aussi bonne santé que possible.

Nous aimerions attirer votre attention sur un aspect essentiel de la pratique qui irrigue (ou devrait irriguer) la pratique au sens large ; la courtoisie.  La courtoisie est laspect vivant de létiquette.

En tant que pratiquants d'Aikido nous devrions veiller à manifester la plus grande courtoisie véritable expression du respect mutuel, fondement de la pratique des arts martiaux sans laquelle aucune pratique de lart de la paix (heiho 平法) nest possible car il ne resterait que la force brute.

Que l'on ne partage pas l'opinion de l'un ou de l'autre n'autorise ni les propos blessants ni la médisance, éternelles sources de conflits stupides et improductifs qu'une discussion courtoise et respectueuse aurait suffit à éviter.

Nous aimerions vous demander d'y réfléchir et de chercher à en faire une source d'enrichissement de votre pratique.

Pace e salute ! 

M. T. Shewan

S. Benedetti